La façade extérieure et le mur de scène

Au cœur de la vallée du Rhône, le Théâtre Antique d’Orange est certainement l’un des plus beaux héritages de la Rome Impériale. Témoignage exceptionnel de l’Antiquité inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, il est le théâtre le mieux conservé d’Europe.
Il doit surtout sa renommée à son magnifique mur de scène, étonnamment préservé et unique dans le monde occidental. Haut lieu de spectacles à l’époque romaine, il l’est encore aujourd’hui pour le plus grand plaisir des mélomanes du monde entier.

La façade extérieure ou postscaenium

« La plus belle muraille de mon royaume ». C'est en ces mots que Louis XIV qualifiait l’imposante façade du théâtre, de 103 mètres de long, 1,80 mètre d'épaisseur et 37 mètres de hauteur.
La façade extérieure est divisée en trois niveaux. Le premier est composé de trois portes ouvrant sur la scène et de portes secondaires ouvrant sur les coulisses ou sur des pièces ne communiquant pas avec l’intérieur. Au second niveau, le mur est vierge de tout ornement. On peut y voir des corbeaux de pierre destinés à supporter la charpente ainsi qu’une entaille profonde, vestige de l’ancrage des tuiles de la toiture.
Une série d’arcatures dessinées sur le mur agrémente le troisième niveau. À l’exception de l’arcade centrale et de celles situées au niveau des basilicae (tours placées de chaque côté de la scène), chacune est percée d’un orifice qui laisse passer la lumière dans l’espace de circulation situé à l’intérieur du mur. En haut, apparaissent deux rangées de 43 corbeaux qui maintenaient l’appareillage du velum, grande toile protégeant le public en cas de pluie ou de canicule.

Le mur de scène, le frons scaenae

Le mur de scène avait une importance considérable puisqu’il contribuait à la bonne diffusion du son et constituait le seul décor architectural du théâtre. Il n’évoluait pas pendant la représentation, mais certains éléments mobiles et accessoires étaient installés pour créer l’illusion de mouvement, d’espace et de perspective.

Sa hauteur initiale de 37 mètres a entièrement été conservée. Le mur était richement décoré de plaques de marbres multicolores, de statues dans des niches, de frises et de colonnes. En 1931, des fouilles réalisées sous la scène ont permis de remonter les colonnes actuellement en place. À l’origine, elles étaient au nombre de 76.

Le mur de scène est lui aussi organisé en trois niveaux. Au centre du premier niveau s’ouvre la porte Royale ou valva regia. Réservée aux acteurs principaux, elle était surmontée d’une frise décorée de centaures dont les vestiges sont exposés au Musée d’Orange. Cette porte est entourée de niches qui étaient ornées de statues. La niche centrale abrite la statue impériale d'Auguste de 3,55 mètres de haut. Cette niche accueillait très certainement une représentation d’Apollon et il est probable que l’empereur triomphant ne lui ait été substitué que dans un deuxième temps. Il est vêtu du manteau de général, le paludamentum imperatoris et tient son bâton de commandement. Il rappelle à tous que, pour préserver la paix romaine, il faut respecter ses lois.
Plus étroites, les portes latérales dites « hospitalières », servaient aux jeux de scène des acteurs. Les deuxième et troisième niveaux, composés de colonnes, sont purement décoratifs.